Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 10:59

Si en D1, la rencontre dans les montagnes de Callian, entre Villages Varois et Cuers 1 était reportée à des jours meilleurs, la D2 voyait se jouer le derby Cuers - La Farlède.

 

D2---5eme-ronde---5-fev.-2012 0648

 

Pour bien connaître nos adversaires, nous savions que les pronostics n'étaient guère en notre faveur, avec pour LFTE, Axel ESPOSITO (1480) au 1er échiquier, Claude au 2ème échiquier, capable de faire nulle avec un 1530 Fide et de battre un 1431 Fide. Liliane à nouveau contre Pascal qu'elle avait battu l'an dernier. Nos meilleurs espoirs reposaient sur le 4ème échiquier où Hugo était face à un joueur de sa force, Paul le fils de Claude.

 

D2---5eme-ronde---5-fev.-2012 0650

 

En fait, les 4 parties furent plus équilibrées que prévu :

 

Arnaud tenait longtemps tête à Axel avant finalement de s'incliner.

 

Claude avait une bien meilleure position et un pion d'avance mais le jeu se rééquilibra puis tourna à son désavantage. Avec quelques élégances, il refusa la proposition de nulle (bien réelle sur la partie) et abandonna.

 

D2---5eme-ronde---5-fev.-2012 0651

 

Pour les Cuersois, la victoire la plus nette fût probablement celle de Pascal qui avec une ouverture bien étudiée, l'emporta assez rapidement.

 

D2---5eme-ronde---5-fev.-2012 0649

 

Au 4ème échiquier, c'était une finale Roi, Pion contre Roi pour Paul qui essaya bien le Pat mais sans succès. Assez comiquement, les deux adversaires jouèrent cette finale à une cadence de Blitz alors qu'il leur restait à chacun près d'une heure de temps.

 

Cuers II : 3               LFTE V : 1

Partager cet article

Repost 0
Published by les-echecs-a-cuers - dans compétitions
commenter cet article

commentaires

Jean-Yves 14/02/2012 16:59

En zeitnot il est évident qu’il faille jouer rapidement une finale car souvent à ce stade de la partie on a déjà consommé beaucoup de temps à la pendule. Mais j'ai souvent remarqué que les finales
sont souvent jouées rapidement voire dans la précipitation alors que rien ne le justifie, le joueur ayant encore beaucoup de temps à sa pendule.
Personnellement je pense qu’à partir du moment où l’on dispose d’un temps donné, autant l’utiliser. En partie longue j’ai rencontré des adversaires qui jouaient à une cadence de partie rapide voire
de blitz à certain moment. Quand le coup est évident pourquoi pas, mais souvent c’est l’occasion de faire une bourde monumentale et de perdre la partie. C’est ce qui est arrivé à un de mes
adversaire lors d’une de mes dernières parties en interclub alors que j’était en finale (Roi + pions / Roi + pions) et qu’il ne me restait plus que 2 minutes (en plus KO) au compteur. Et bien mon
adversaire qui avait encore plus d’une heure a bâclé sa finale (il jouait à une cadence de blitz quasiment) et j’ai finalement gagné car il a commis une grossière erreur. Je pense que ce n’est pas
parce qu’il y a moins de pièce sur l’échiquier qu’il faut moins réfléchir et je dirai bien au contraire dans bien des cas. Car la moindre erreur à ce stade n’est plus rattrapable. Il y a
certainement une étude à faire sur le comportement psychologique des joueurs lorsqu’ils abordent un finale et pourquoi instinctivement ils ont tendance à accélérer la cadence à ce stade de la
partie (en dehors de tout zeitnot bien entendu).