Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 10:14

Si pour certains, les échecs représentent une forme de guerre, d'autres et pas toujours des moindres, considèrent que la courtoisie et le respect ne sont pas nécessairement signe de faiblesse.

 

Nous avons tous connu ces joueurs, au jeu bien supérieur, qui au lieu de nous régler notre compte en quelques coups judicieusement calculés, attendent patiemment notre défaite suite à nos propres erreurs. Et qui déploient ensuite tout leur talent de persuasion pour nous convaincre de la qualité de notre partie.

 

Ne sont pas rares non plus, ces joueurs qui devant une chaise vide, oublient d'activer la pendule. Comme ces amateurs d'échecs à l'audition bien rebelle : ainsi cette pupillette de Sanary qui ne réagit pas plus au portable qu'à l'offre -logique- du point, entendant seulement continuer la partie (terminée par une nulle). Aujourd'hui, championne départementale de sa catégorie, elle prouve avec bonheur que l'on peut préférer le jeu au gain à tout prix.

 

Dans un autre tournoi, au début de la 7ème ronde, un joueur menait avec 6 points. Et là encore, il ne perçut pas le portable de l'adversaire qui lui aurait pourtant assuré le grand chelem (partie également terminée par une nulle).

 

N'oublions pas non plus ce membre du jury des Trophées du Var qui eut l'élégance de voter pour le candidat nominé précisément . . . pour l'avoir battu.

 

Et de la belle attitude de ces jeunes, catégorie où le fair-play n'est pas toujours un réflexe, comme les enfants DEGRAEVE, les frères BAUDRY, Eric TOBITT, Gaëtan ADAM et tant d'autres. . . 

 

Par définition, cette rubrique, ne pourra pas être exhaustive d'autant que le fair-play s'accompagne généralement de la plus grande discrétion et que parfois même il franchit la ligne blanche du sacro-saint règlement.

 

Cette première édition (qui est avant tout un clin d'oeil) fera peut-être crier quelques puristes, non sans raison il est vrai.

 

Mais à Cuers où plus personne "n'explose" l'adversaire, ni ne tape sur l'échiquier, nous considérons que ces comportements sportifs parfois excessifs au regard de l'esprit du jeu, n'en sont pas moins préférables à d'autres excès que l'on rencontre encore trop souvent dans le monde des échecs. 

 

Sans parler de la triste mais bien réelle caricature des papas qui parpelèjent dans le dos de l'adversaire, n'hésitant pas à rabrouer celui-ci, s'il vient à battre leur cher rejeton !

 

1er des trophées de février 2012 :


Dans la catégorie "je laisse reprendre son coup à mon adversaire qui finira par gagner la partie..." Arnaud TEILLET du Club Echiquéen Cuersois.

A la 3ème ronde de la sélection départementale du Championnat de France Jeunes, il laisse rejouer son adversaire qui sauve ainsi sa dame et gagnera la partie (ce sera la seule défaite d'Arnaud et il se privera probablement ainsi de toutes chances de qualification puisqu'il n'est que repêchable)

 

championnat-de-France---selection-departementale 0612

 

2èmes ex-aequo :


Nicolas SAUZE de la Tour Hyèroise et Thomas CORBIER, Club Echiquéen Cuersois, opposés l'un à l'autre en N IV Jeunes, chacun dans une partie, laisse rejouer l'autre qui gagne.

 

N4-Jeunes---29-janv.2012 0635

Nicolas SAUZE à droite


zonal école primaire 7 déc 2011 013

Thomas CORBIER à droite


Nota à nos jeunes amis : cette distinction étant attribuée qu'une fois à la même personne, ils pourront à l'avenir s'abstenir de cette belle mais coûteuse attitude.

 

3èmes ex-aequo :


Ilya MANDIC et Claude LE PENNETIER, (tous les deux LFTE) respectivement au tournoi fermé de Hyères et en D 2, refusent l'offre de nulle de l'adversaire et abandonnent.


tournoi-Sanary-Noel-2011 0471-1

Ilya MANDIC à droite en rouge

 

D2---5eme-ronde---5-fev.-2012 0650

Claude LE PENNETIER à gauche - pull gris

 

 

Toutes vos nominations pour les prochains trophées seront bien évidemment les bienvenues

Repost 0
Published by les-echecs-a-cuers - dans Trophée du Fair-play
commenter cet article